Danses folkloriques pour une Suisse solidaire

Danses folkloriques pour une Suisse solidaire

La campagne « Annoncer la couleur pour une Suisse humaine » rassemble des personnes de tous horizons, réfugiées ou non, autour de traditions suisses telles que les danses folkloriques. La danse permet d’aller à la rencontre des autres et de dépasser les préjugés. Il s’agit de vivre cette vision d’une Suisse humaine et solidaire dont font partie aussi bien les personnes réfugiées que les autochtones, et de mettre en pratique notre tradition humanitaire au même titre que nos coutumes locales.

En mai et juin 2018, des rencontres dansantes se tiendront dans trois villes suisses – Bâle, Berne et Zurich: des passionnés de danse folklorique inviteront des personnes réfugiées à découvrir cette tradition et à entrer dans la danse.

Ces rencontres dans le cadre de la campagne « Annoncer la couleur » culmineront le 10 juin à la gare centrale de Zurich, où les danseuses et les danseurs feront des démonstrations de leur art nouvellement acquis.


Andrea Schmid est étudiant en histoire et langue et culture germaniques. Il fait partie de Volkstanzkreis Zürich, une société zurichoise de danse folklorique. Dans le cadre de la campagne « Annoncer la couleur », il anime des ateliers de danse folklorique avec des personnes réfugiées. Une manière bien à lui de s’engager pour une Suisse humaine.

Andrea Schmid, qu’est-ce qui t’a poussé à participer à ce projet?
La campagne « Annoncer la couleur » vise à sensibiliser le grand public et à déconstruire les préjugés. Ce ne sont pas seulement les réfugiés qui sont confrontés aux préjugés, la culture traditionnelle suisse l’est aussi. Notre projet offre à toutes les personnes participantes l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau et de se faire un avis sur ce que l’on ne connaît pas.

Les danses traditionnelles suisses et les personnes réfugiées: comment fais-tu le lien entre les deux?
Ce que l’on entend par danse folklorique est un agglomérat de différentes danses des régions alpines et préalpines qui sont toujours nourries des échanges avec des cultures étrangères. Ces échanges mettent en évidence les différences, mais aussi les ressemblances qui sont indispensables à une réflexion sur nos propres traditions et sur un évolution dynamique de ces traditions.

Qu’est-ce qui te réjouit particulièrement?
Je me réjouis de danser avec des personnes qui n’ont absolument aucune connaissance ni aucune idée préconçue sur les danses folkloriques suisses. J’espère pour l’occasion pouvoir mettre en avant le but le plus ancien de ces danses, qui a été relégué à l’arrière-plan: rapprocher les gens et leur permettre de faire connaissance.

Quand: Rendez-vous dimanche 10 juin 2018, de 13h à 19h
Où: Halle de la gare centrale de Zurich

Venez nombreux!
Venez participer aux danses ou simplement manger une raclette! Profitez des autres activités proposées et allez à la rencontre de personnes de divers horizons.
Ensemble, le 10 juin 2018, témoignons d’une Suisse humaine, ouverte au dialogue interculturel et solidaire des personnes réfugiées.